Lettre ouverte du Président de la Région Languedoc-Roussillon à M. Sarkozy

Monsieur le Président de la République,

Vous le savez, l'aéroport de Montpellier-Méditerranée est un outil majeur de l'activité économique de la région Languedoc-Roussillon.

Depuis 2005, une réforme de grande ampleur a profondément modifié le paysage aéroportuaire français en décentralisant plus de 150 aéroports à vocation régionale.

Cette réforme a eu pour objectif de moderniser la gestion des aéroports français afin d'assurer le meilleur service public aéroportuaire. Plus indirectement, elle favorise le développement économique général, l'aménagement du territoire et la satisfaction des besoins de mobilité.

En détenant 15% du capital, les collectivités locales ont prouvé qu'elles participent fortement à son équilibre financier en soutenant le développement de nouvelles lignes aériennes vers l'Europe et l'Afrique du Nord.

Le résultat de l'aéroport est de plus d'un million d'euros, face aux deux millions d'euros d'aides publiques accordées chaque année.

Le poids du transport aérien sur les flux touristiques de la région Languedoc-Roussillon est relativement faible. La part des touristes étrangers utilisant le transport aérien qui fréquentent annuellement la Région Languedoc-Roussillon est de l'ordre de 4%. Cette proportion est trois fois plus importante dans une région voisine comme PACA... C'est dire si les marges de manœuvres sont importantes ici.

Monsieur le Président de la République, je me permets de vous interpeller car j'ai été surpris de la position du gouvernement quant à son souhait de vouloir privatiser l'aéroport de Montpellier-Méditerranée alors que dans notre région tous les aéroports sont gérés par des collectivités qui en assurent le redressement. Perpignan et Carcassonne font déjà partie de la stratégie de la Région et des collectivités locales partenaires.

Il nous semble important de maintenir une gestion harmonieuse des aéroports régionaux afin de garantir le respect de l'intérêt général et d'éviter une concurrence inutile entre aéroports de la région, concurrence qui se ferait avec l'argent public, et donc avec les impôts de nos concitoyens.

Monsieur le Président de la République, j'en appelle à votre arbitrage et à votre sagesse pour que triomphe le bon sens. Le bon sens voudrait que la gestion de l'aéroport de Montpellier-Méditerranée rejoigne celle de Perpignan et de Carcassonne.

Je suis à votre entière disposition pour vous rencontrer et échanger sur le sujet, fondamental pour l'avenir du Languedoc-Roussillon.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président de la République, l'expression de ma très haute considération.

Christian Bourquin
Président de la Région Languedoc-Roussillon

20/07/2011
Télécharger le(s) document(s)