Les Etats Généraux à la DGAC

Les "Etats Généraux" se sont multipliés à la DGAC depuis 2 ans.
Même si l'intention de dialoguer et de 'tout remettre à plat' est sur le papier louable, la DGAC a surtout utilisé cette appellation trompeuse pour impliquer les personnels sélectionnés dans une démarche qui revient à appliquer les directives et la politique DSNA décidée bien en amont. Les organisations syndicales, pourtant typiquement représentatives, sont tout justes invitées et mises en minorité. Le résultat est que le dialogue social est joliement contourné, et les décisions prises sont à l'image des discussions : biaisées.
Les Etats généraux sur la gestion des ressources humaines et des relations industrielles est une mode qui nous vient du Quebec.

http://www.portailrh.org/etatsgeneraux/pdf/EtatsGen123_complet.pdf

C'est à dire que plus exactement les états généraux c'est une idée qui vient de leur partie libérale

"Cette «réingénierie» — l’expression a plus tard été remplacée par «modernisation de l’État» afin de retirer toute connotation négative rattachée à l’expression anglaise reengineering — relève de la présidente du Conseil du trésor, Monique Jérôme-Forget. Elle a demandé à tous les ministères de procéder à une révision des programmes et de suggérer des façons de recourir au secteur privé. Le gouvernement entend ainsi multiplier la conclusion de partenariats publics-privés, ce qui, une fois encore, provoque un changement du rôle de l’État. Le gouvernement a d’ailleurs fait appel aux firmes privées pour le conseiller dans sa «réingénierie».