EG IESSA : "Reengineering" des similitudes inquiètantes

Avec les états généraux IESSA, la DSNA semble vouloir innover dans la manière de traiter les enjeux techniques et le mode de consultation des agents concernés. Pour cela, elle fait appel à Enaxioni, une société experte en « optimisation des performances et des organisations». Décryptage dans le tract.
Réagissons maintenant! Avec l'USAC-CGT exigeons les moyens humains et matériels nécessaires au bon fonctionnement des services. Réécrivons un nouveau protocole social DGAC équilibré pour tous les personnels.

19/05/2011
Télécharger le(s) document(s)

Commentaires

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur "Sauvegarder les paramètres" pour activer vos changements.

Utilisation de la communication symbolique

C'est l’une des techniques couramment utilisées. Elle consiste à recourir à une image, un objet, une formule , symbolisant ce qu’on veut représenter. La symbolisation a des vertus bien connues :

  • elle condense une signification complexe en un quelque chose de plus simple, de plus immédiatement intelligible ou concret.
  • elle facilite la mémorisation, le symbole agissant comme une sorte d’étiquette dont notre cerveau se sert pour classer ou retrouver les multiples informations qu’il doit traiter

Les " Etats généraux "  symbole  de la révolution, de la volonté de tous de réformer sont récupérés par les consultants en management pour signifier que le discours est ouvert et qu'il sera discuté de tout et ainsi inhiber toute critique initale (qui peut s'opposer à des états généraux ?)

Utiliser la dynamique de groupe 
1943 travaux de KURT LEWIN  étude  portant sur le changement d’habitudes alimentaires des ménagères américaines pour favoriser la consommation des abats,  dans le cadre des besoins du pays en guerre,  objet d'une aversion assez répandue.

 Dans trois de ces groupes, une ménagère expérimentée fait un exposé sur les avantages diététiques et économiques de la consommation de ces morceaux. La conviction induite chez les auditrices par cette méthode se révèle quasi nulle. Trois autres groupes discutent librement sur le thème des habitudes alimentaires et de leur changement. Les ménagères s'engagent rapidement dans la discussion, explicitent leurs répugnances, réclament à un expert des remèdes et des recettes et décident par un vote de servir désormais à table des abats : ce que firent effectivement par la suite un tiers d'entre elles. La décision prise en groupe engage donc plus qu'une décision individuelle.

Par  conformisme un individu adaptera l'idée dominante d'un groupe de discussion et ensuite défendera cette idée comme si elle était sienne. (faire adhérer ses nouvelles valeurs à ses actes)

Le concept de « résistance au changement »
1948 étude de Coch et French l’usine Harwood Manufacturing sur l’attitude des travailleurs face aux changements dans les méthodes de production "« Un des plus sérieux problèmes rencontrés … a été la résistance des travailleurs de production face aux changements nécessaires dans les méthodes et les postes de travail. »
Ils ont fait émerger l’idée que les gens acceptent mieux le changement lorsqu’ils participent à la conception de celui-ci.

Utiliser un animateur pour créer le "Team spirit building "
Théoricien NORMAN MAIER. Pour certaines décisions importantes, les groupes devront être menés par un animateur, qui sera bien évidemment à la solde de la direction et qui instrumentera les techniques de manipulations pour obtenir du groupe l'effet recherché quant aux actes requis.

Puis la version libérale: le reengineering, le lean management... etc
Des liens :
- Resistance au changement
-> ce lien est très interessant car il peut ressembler au travail d'enaxioni
http://www.strategie-aims.com/events/conferences/14-ixeme-conference-de-l-aims/communications/2505-la-resistance-au-changement-revisitee-du-top-management-a-la-base-une-etude-exploratoire/download
- Animation de groupe
http://sfc.education.sn/IMG/doc/L_animation_des_groupes_B_Sene.doc

 

On ne nous dit pas tout !

  • Les Etats généraux sur la gestion des ressources humaines et des relations industrielles" est une mode qui nous vient du Quebec.

http://www.portailrh.org/etatsgeneraux/pdf/EtatsGen123_complet.pdf

C'est à dire que plus exactement les états généraux c'est une idée qui vient de leur partie libérale

"Cette «réingénierie» — l’expression a plus tard été remplacée par «modernisation de l’État» afin de retirer toute connotation négative rattachée à l’expression anglaise reengineering — relève de la présidente du Conseil du trésor, Monique Jérôme-Forget. Elle a demandé à tous les ministères de procéder à une révision des programmes et de suggérer des façons de recourir au secteur privé. Le gouvernement entend ainsi multiplier la conclusion de partenariats publics-privés, ce qui, une fois encore, provoque un changement du rôle de l’État. Le gouvernement a d’ailleurs fait appel aux firmes privées pour le conseiller dans sa «réingénierie».
 
Confirmé sur le site du Sénat :
http://www.senat.fr/colloques/colloque_rse2002/colloque_rse20021.html

M. KESSLER, président de la Fédération Française des Sociétés d'Assurance :

Pour l'analyse économique, l'État est un conglomérat en difficulté, sur la défensive, systématiquement en déficit, lourdement endetté, remplissant mal ses missions, aux performances généralement insatisfaisantes, en particulier pour ses clients ou usagers, et contesté par d'autres conglomérats. Il faut donc concevoir une nouvelle organisation collective pour le XXIème siècle. C'est un projet formidable pour tous ceux qui croient sincèrement en l'État et qui désespèrent de voir se creuser le fossé entre ses performances et celles des entreprises de la société civile.
Je vais vous livrer les clés de cet énorme chantier de reengineering. Il faut commencer par le benchmarking : comment font les autres États ? C'est formidable, il n'y a pas de copyright, on peut y aller !
Deuxièmement, on passe au business core focusing : on le recentre sur ses missions essentielles et on abandonne celles qu'il n'assume pas bien et qui ne correspondent pas à ces missions. D'où l'étape suivante : le downsizing. Après on passe au capital allocating, on redéploie les ressources. Puis au streamlining...

M. LECLERC
Que de mots anglais !
M.KESSLER
C'est-à-dire qu'on clarifie les missions et les processus de décisions. Ensuite, on en vient au team spirit building, ce qui permet d'en finir avec les corporatismes qui n'ont plus lieu d'être et les deux cents et quelques corps de l'État qui croient avoir des fonctions sui generis. Tout cela conduit naturellement au customer relationship management : on s'intéresse aux clients, aux citoyens. Enfin, on en arrive au matrix implementing : l'État de demain sera matriciel et non pas pyramidal et stratifié, comme actuellement, en niveaux successifs. Bref, après des années de débats sur la révision du modèle québécois, le Parti libéral passe à l’action, mais non sans peine. Le gouvernement éprouve de grandes difficultés à susciter l’adhésion et à expliquer son projet, ce qui provoque l’inquiétude et la formation d’un réseau de vigilance formé de groupes sociaux. "

L'analyse de l'USAC-CGT :
  1. Reengineering : Réorganisation complète
  2. Benchmarking : Objectifs et indicateurs de performances
  3. Business core focusing : Recentrage sur le "cœur de métier, de compétences"
  4. Downsizing : Se traduit toujours par une réduction des effectifs et externalisation
  5. Capital allocating : Réallocation des ressources découlant de la réorganisation des processus
  6. Streamlining : Rationalisation
L'étape Reengineering et Business core focusing sont cours actuellement avec les Etats généraux
L'étape Benchmarking est visible dans l'aspect "gestion de la performance" inscrite au protocole.
L'étape Downsizing est en cours avec la RGPPi
Pour les étapes 5 et 6, il suffit de laisser faire le processus ... ce qui est complètement hors de question.
  • Pour aller plus loin sur le Lean Management, son origine, son but, ses méthodes, voici notre analyse :
En regardant de plus près nous avons compris que les noms de "lean" ou de "lean management" ont été donnés par les occidentaux qui ont analysé la méthode de Toyota ou "Toyota Way" :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Syst%C3%A8me_de_production_de_Toyota
"Un tel système d'organisation permet un décloisonnement des fonctions et des responsabilités; il allie efficacité de production à une certaine reconnaissance psychologique des travailleurs. On leur demande leur avis sur l'entreprise et ils se sentent donc plus importants."

"Le toyotisme serait le modèle idéal de l’organisation de l’entreprise. Mais sa mise en place au Japon a pris plusieurs dizaines d’années et n’a probablement été possible que parce que le modèle social japonais pouvait l’accepter."

"D’autres grandes entreprises ont bien essayé de l’appliquer au sein de leur organisation et à chaque fois, elles ont connu un échec retentissant. Certaines multinationales ont cependant décidé d’appliquer quelques concepts toyotistes tel que le juste-à-temps, l’autonomisation des machines, le kaizen, le kanban, le cercle de qualité."

"Cette nouvelle forme d’organisation, basée sur les compétences et la qualification des ressources humaines, marque la fin du taylorisme et du fordisme à l’état pur."

"Plusieurs études ou ouvrages ont été consacrés à ce mode de production, mais les avis divergent sur sa reproductibilité en l'absence de la culture d'entreprise Toyota (en anglais, the Toyota Way) et sur son caractère exemplaire (voir miracle économique japonais)."

"Le journaliste japonais Satoshi Kamata a fait une analyse très critique de ce système dans un livre-enquête, réédité en français en 2008 sous le titre Toyota. L'usine du désespoir. En 1972, il a partagé pendant cinq mois le quotidien des ouvriers sur les chaînes à l'usine Toyota de Nagoya. Il décrit l'augmentation sans fin des cadences, la polyvalence bouche-trou, la mise en concurrence et l'endoctrinement de ses collègues au nom de l'esprit d'entreprise."




L'analyse de l'USAC-CGT :  tout cela nous conforte dans l'idée que c'est bien vers un processus de Lean Management que notre direction veut nous entraîner, mais sans nous le dire. Et en lisant sur ce sujet, nous comprenons que c'est typiquement la raison numéro 1 des échecs des tentatives de ce procédé, car un des piliers de la réussite de cette approche, c'est la confiance et l'ouverture : il faut ajouter "franc-jeu" : ce qui n'est clairement pas le cas à la DGAC.

Reengineering, pour aller plus loin

Anne Dranssart  http://www.viadeo.com/fr/profile/anne.dranssart
Consultant et coach de dirigeants et d'équipes dirigeantes, enaxioni

Dans son CV:

  • Accompagner la "privatisation" de l'entreprise
  • Adopter les modes de fonctionnement d'un acteur du marché concurrentiel de l'énergie

ENAXION fait partie des cabinets de consulting qui accompagnent les entreprises dans les changements stratégiques. Elles s'adressent aux managers (cadres supérieurs dans le privé) pour les aider à gérer des situations conflictuelles potentielles ou existantes, résultant des changements organisationnels importants. Il s'agit, la plupart du temps, d'une privatisation, rachat ou plan social.
Mélange de coaching de dirigeants, d'expertise financière et managériale, le cabinet passe parfois par recrutement de « chargés de mission » - j'ai déjà vu le recrutement d'un Responsable des ressources humaines le temps de mener un plan social.

Il existe des boîtes d'audit social, capable de faire remonter de la base des éléments. Mais là c'est une boîte destinée à accompagner les manager pour faire passer des décisions prises en amont. Ce qui est radicalement différent.

Récemment, on m'a parlé du "lean management" et que c'était probablement ce qui était en action chez nous. Ceci fonctionne avec les cultures où le rapport à l'autorité hiérarchique est aussi basé sur le sens du devoir, un certain honneur à faire bien son travail (japon, pays méditerranéens, etc) contrairement aux pays anglo-saxon où la relation avec l'autorité hiérarchique est plus "contractuelle".
Ce concept de management a été inventé par Toyota pour amener le personnel à trouver eux-même les solutions à des problèmes de ressources humaines et
devenir alors parti prenante de leur propre restructuration.

Et sur ce thème, deux petits documents à lire :
http://www.groupe-crc.org/IMG/article_PDF/article_a4917.pdf
et aussi : http://eco.rue89.com/2011/05/24/apres-france-telecom-thierry-breton

Plus d'informations également :